Cyrille Saussey se qualifie 11ème avec un chrono de 8:01,531. La course démarre, il gagne deux places dans le premier virage avant de se faire percuter sur la droite par une voiture qui plonge à l’intérieur. Etant déjà sur les vibreurs il file dans l’herbe, se bats avec la voiture et revient sur la piste sans finir en tête-à-queue.

Le premier tour se termine, il est 12ème derrière son équipier de l’année dernière de chez Churimotoesport. Bien plus lent que lui et le tracé très étroit, il se retrouve coincé derrière. Les voitures qui étaient plus loin derrière les rattrapent, un train se forme derrière Churimotoesport. Contraint de resté bloqué derrière, il force sur son train avant et détruis les pneus. Au bout de longue minutes, la Churimotoesport craque et sort de la piste.

40 minutes se sont écoulés Cyrille Saussey est toujours 12ème, cette fois devant la Churimotoesport mais derrière la GT OMEGA RPM Esports qui nous avait rattrapés a profité de la situation pour passer elle aussi. Son train avant a déjà perdu beaucoup de grip, il ne peux plus rattraper les voitures de devant, il est donc forcé de préserver ces pneus pour ne pas terminer comme sur de la glace et risquer une grosse erreur qui pourrait coûter plusieurs place, il concède alors une place à la  RRVGT.de.

Place au premier relais à mon premier coéquipier Caryl Vega, étant les deuxièmes à faire un arrêt au stand, il ressort dernier avant de remonter à notre place initiale suite aux arrêts des autres équipes à leur tour, 13ème après 1h20 de course.
Mais c’est là que l’enfer commence, on concède place sur place pour finir en bat du classement après 1h40 de course.
A la fin de son relais, il laisse le volant a notre 3ème pilote Yann Courtois et nous pointons maintenant à environ 40 secondes de la voiture la plus proche, cette fois encore Churimotoesport.

Le temps passe et les choses ne s’arrangent pas, Cyrille Saussey reprends le volant pour la dernière heure avec presque 3 minutes de retard sur la Churimotoesport, la 15éme place est perdu d’avance mais notre pilote ne lache rien pour au moins sauver l’honneur et il réalise le plus beau relais de sa vie dans sa “carrière de simracing”.